Faut-il réveiller quelqu’un qui ronfle?

Toute personne ayant déjà fait l’expérience des dortoirs de plus de 2 personnes a surement dû déjà ne pas fermer l’oeil de la nuit à cause d’un bruit ma foi fort désagréable. Le ronflement…

Et, en conséquence, la question que vous vous êtes posée est évidemment la suivante :

« Ça se fait si je le réveille ou bien? »

Nous essaierons dans cet article, au travers d’une argumentation construite, structurée et scientifique, de répondre plus généralement à la question suivante :

Est-il socialement acceptable de réveiller quelqu’un qui ronfle?

Malgré le silence étonnant (et suspect) des médias sur le sujet, ce problème pourrit la vie de nombreuses personnes.

Néanmoins, avant de nous lancer dans notre analyse, il nous faut définir certaines hypothèses qui seront déterminantes pour la suite :

  1. Il est évident que nous considérons ici le fait de réveiller un ronfleur parce qu’il ronfle justement. Le ronflement sera donc dans notre analyse la CAUSE du réveil (ou du non réveil d’ailleurs). Si jamais vous êtes victime d’un incendie dans votre immeuble et que quelqu’un ronfle à côté de vous sans se rendre compte du drame qui se joue à côté de lui, il est évident qu’il est socialement encouragé de le réveiller.
  2. Nous ne prendrons en compte dans notre étude que des cas où le ronflement fait effectivement des victimes immédiates incapables de dormir. Si votre grand père ronfle, que vous le savez car vous êtes déjà partis en vacances avec lui, n’allez quand même pas le réveiller toutes les nuits de l’année pour vous venger. D’une, ça ferait de vous un sadique et de deux, pensez à votre héritage.
  3. Les victimes devront se trouver dans la même pièce que le ronfleur. Si vous entendez votre voisin du dessous ronfler et que ça vous empêche de dormir, le problème vient plutôt de l’isolation phonique de votre résidence.
  4. Il ne sera analysé que des cas où seule une personne ronfle. Nous pourrons facilement démontrer que le fait que deux individus ronflent en même temps est impossible. Mais nous résumerons la démonstration par ces mots : pour que deux personnes ronflent en même temps, elles doivent s’être endormies au même moment. Or la probabilité pour qu’un tel cas de figure se produise est proche de 0. CQFD
  5. Aucune considération de genre, de sexe, de couleur de peau, de religion, n’aura d’influence sur l’analyse ci-dessous. Tous les Hommes sont libres et égaux en droit.

    Ces hypothèses vous paraissent peut être comme allant de soi, mais en mathématique, mieux vaut bien poser les bases (wesh).

    Ainsi, la base de notre réflexion sera la situation suivante : dans un dortoir de 6, 8 ou 10, une et une seule personne ronfle empêchant les autres personnes présentes de trouver le sommeil.

    Nous verrons dans une première partie que la réponse simple qui consiste à faire appel à l’intérêt général n’est pas si évidente que ça. Nous analyserons dans la seconde partie que la question des libertés individuelles se doit d’être posée. Nous conclurons enfin que quelque soit le bout par lequel on prend ce problème insignifiant, les non ronfleurs finissent toujours par se faire enc****.

    Réveiller un ronfleur au nom de l’intérêt général

    D’un point de vue purement utilitariste (la défense du bien être du plus grand nombre), il peut paraitre évident que si, parce qu’elle ronfle, une personne empêche 2 autres personnes ou plus de dormir, il est socialement considéré comme acceptable, et même nécessaire pour le bien être collectif, de réveiller cette personne. Une personne qui dort contre 2 (ou plus) personnes victimes d’insomnie est évidemment une situation beaucoup moins préférable que l’inverse.

    En théorie donc il n’y a même pas de débat. Surtout que le ronfleur sera libre de se rendormir une fois tous ses petits copains dans les bras de Morphée (rappelons ici qu’un ronflement est suffisamment bruyant pour empêcher de s’endormir mais pas suffisamment bruyant pour réveiller quelqu’un, ce qui peut expliquer que les ronfleurs aient survécu à des millions d’années d’évolution mais cela fera l’objet d’un autre sujet de recherche).

    Cependant, en pratique, si l’on se place dans la peau d’une personne (nous abandonnons donc la vue d’ensemble), dans un dortoir rempli de 8 personnes, incapable de dormir à cause d’un ronfleur, quelle(s) solution(s) s’offre à nous?

    Naturellement nous nous disons que si nous ne pouvons pas dormir, alors c’est le cas de tout le monde (sauf du ronfleur évidemment j’espère que vous suivez) et qu’il suffirait de dire haut et fort « hey! On le réveille cet ******? » pour que le peuple se révolte. Mais imaginons une seule seconde que certaines personnes (voir toutes) aient réussi à trouver le sommeil?! Ne risquons-nous pas de les réveiller elles aussi? Nous éloignant alors du but recherché?

    Il faudrait alors trouver un moyen de vérifier que la majorité des personnes présentes n’arrivent effectivement pas à trouver le sommeil. Pas si simple lorsque l’on sait qu’il fait nuit et que les lits en dortoirs ont maintenant souvent des rideaux pour plus d’intimité.

    Il faudrait donc inventer un système centralisé qui permette à chacun de savoir l’état de sommeil des autres sans avoir besoin de parler ni de bouger de son lit. Malheureusement, un tel système reste à inventer et est hors de portée de nos technologies actuelles.

    Après avoir essayer de régler la question d’un point de vue utilitariste, qui s’avère être une impasse, il nous faut maintenant prendre le taureau par l’autre corne.

    Laisser le ronfleur dormir au nom des libertés individuelles

    Les libertés individuelles ont été le cheval de bataille d’une majorité de mouvements sociaux depuis la Révolution Française : les Civil Right aux Etats Unis, Mai 68 en France sont deux des exemples les plus connus. Ces batailles nous ont amené à accepter que les libertés individuelles sont garanties pour chacun tant qu’aucune loi n’est enfreinte.

    Aux dernières nouvelles, il n’y a pas de loi pénalisant le ronflement. Le ronfleur est donc libre de dormir et il serait inacceptable de le réveiller. Tout cela aux noms des libertés individuelles. Surtout que le ronfleur n’est pas responsable de son ronflement. Le réveiller serait alors une entrave à sa liberté et serait une punition pour un acte dont il n’est pas responsable. En clair, l’individu est libre de nous casser les couilles.

    Le corollaire (mot au combien compliqué qu’il faut caser dans toute argumentation scientifique) de cette théorie est qu’en plus : ceux qui sont gênés par les ronflements connaissaient évidemment les risques en allant se loger en dortoir.

    « Vous avez payé moins cher, vous en assumer les conséquences »

    Alors pourquoi cette argument est tout pourri ?!

    Bon déjà, si j’ai payé moins cher pour un dortoir, ce n’est pas pour rester éveillé toute la nuit. Sinon autant rester assis sur un trottoir à attendre que la nuit passe. Si on paye moins cher, c’est pour faire la queue à la douche et avoir autant d’intimité qu’un chien à la SPA. MAIS CERTAINEMENT PAS POUR GARDER LES YEUX OUVERTS TOUTE LA NUIT.

    Donc déjà là t’as le bec cloué normalement.

    Et enfin, si le ronfleur est libre de dormir, les autres aussi (ouaiche). Donc en réveillant le ronfleur, nous entravons ses libertés fondamentales, mais en ne le réveillant pas, c’est lui qui entrave aux nôtres.

    En résumé, nous voilà bien avancés.

    Conclusion

    En conclusion, nous pouvons affirmer que le problème est complètement insoluble que nous l’analysions par le biais de l’utilitarisme ou des libertés individuelles (les deux étant souvent contradictoire TIENS SALUT CAPITALISME COMMENT ÇA VA?!). En attendant, écrire un article un peu nul sur le sujet permet de passer le temps lorsque l’on arrive pas à fermer l’oeil de la nuit…

    Et finalement, suite à une mauvaise expérience en dortoir à Busan (voir la fin de l’article ici) : la vrai question qui se pose n’est-elle pas la suivante :

    Est-il socialement acceptable d’étrangler tout ceux qui se douchent, ne ferment pas les portes, se prennent en photo, mangent des gâteaux emballés dans du plastique, parlent en croyant n’émettre aucun son et allument la lumière à 3 heure du matin?

    SPOILER ALERT : La réponse est oui…

    9 commentaires sur “Faut-il réveiller quelqu’un qui ronfle?

    Ajouter un commentaire

    1. Vous vous êtes bien amusés ???
      Que cela va être dur de partager un dortoir avec vous !!!
      N’oubliez pas que nous ne sommes pas encore dans l’avion….Lol.
      Bisous

      J'aime

      1. On se trompe d’heure, on se trompe de boite aux lettres…faut se ressaisir michèle là 🤣😋! Mais merci ça nous fait 2 commentaires au lieu d’un et ça nous a bien fait rire 😉
        Nous venons de nous réveiller si on peut dire apres une nuit dans un bus.

        Sinon je vous rappelle qu’entre la France et la Thailande il y a du décalage horaire aussi. C’est important.

        J'aime

    2. Haha génial cet article ! Perso, dormez à côté de mon mari et vous pourrez conclure que c’est possible d’être réveillé par quelqu’un qui ronfle 😉 Sinon, en auberge de jeunesse c’est un peu compliqué, mais en refuge de montagne j’ai déjà participé à un vote collectif au moment du repas pour repérer les potentiels ronfleurs et décider de leur sort une fois la nuit tombée. A défaut de toujours résoudre le problème, ca a le mérite de détendre l’atmosphère 🙂

      J'aime

      1. Salut Sarah! J’adore cette solution!! A essayer en dortoir mais la barrière de la langue peut être un obstacle non négligeable. J’imagine bien le soir quand tout le monde est dans le dortoir et absolument pas au courant de ma réflexion sortir un petit « bon on vote quand? » 😉

        Sinon, « un vote collectif au moment du repas pour repérer les potentiels ronfleurs »?? Ça voudrait dire que des gens ronflent en mangeant??!! Mais que fait la police?

        J'aime

    Répondre à Nano et Elo Annuler la réponse.

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Créez un site ou un blog sur WordPress.com

    Retour en haut ↑

    %d blogueurs aiment cette page :